Onychophagie

L'onychophagie ou quand nos ongles deviennent une obsession

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    Imaginez-vous en réunion, devant vos collègues, ou en pleine conversation avec des amis, lorsque soudain vous réalisez que vos doigts sont dans votre bouche et que vous êtes en train de ronger vos ongles. Ce geste, souvent inconscient, touche environ 20 à 30 % de la population mondiale, selon certaines études. Le rongeage d’ongles, connu médicalement sous le nom d’onychophagie, est un comportement compulsif qui consiste à mordre et à mâcher ses ongles de manière répétée.

    L’onychophagie peut sembler être une habitude inoffensive, mais elle cache souvent des causes plus profondes et peut entraîner des conséquences significatives sur la santé physique et mentale. Comprendre les raisons qui poussent une personne à se ronger les ongles, ainsi que les effets néfastes de ce comportement, est crucial pour trouver des solutions efficaces et pour aider ceux qui en souffrent à retrouver des ongles sains et une meilleure estime de soi.

    Dans cet article, nous explorerons les diverses causes du rongeage d’ongles, les conséquences que cette habitude peut avoir, et les méthodes éprouvées pour y mettre un terme. Que vous soyez vous-même concerné par ce problème ou que vous souhaitiez aider un proche, cette analyse approfondie vous offrira des perspectives et des outils pour mieux comprendre et combattre l’onychophagie.

    Qui suis-je?

    Je m’appelle Alain BAUD, j’accompagne enfant et adultes sur diverses problématiques – addictions, phobies, somatisations et dans ces somatisations j’ai souvent rencontré des problématiques d’onychophagie. 

    Chez les enfants ça part vite, en général 1 séance et chez les adultes ça varie de 1 à 5 séances.

    Alain BAUD hypnothérapeute à CHATOU et environs RUEIL-MALMAISON, SAINT GERMAIN EN LAYE

    Les causes courantes de l'onychophagie

    Les facteurs psychologiques

    Le stress et l'anxiété

    Le stress et l’anxiété sont des facteurs psychologiques importants de l’onychophagie.

    Nous vivons dans un monde dans lequel chaque interraction sociale provoque une tension et donc un stress. Suivant notre caractère la réponse va y être différente et il n’est pas étonnant que certaines personnes se réfugient dans une attitude assez proche de l’addiction telle que le rongeage d’ongles.

    Cela permet à celui qui en est atteint de trouver un dérivatif en ne pensant plus au stress mais à cette action pure de s’arracher les ongles. Via cette action purement répétitive et orchestrée mécaniquement la personne maitrise enfin quelque chose dans sa vie.

    Malheureusement ce fonctionnement à une contre partie qui est que du coup l’aspect de ses mains se dégrade et les personnes autour d’elle s’en aperçoivent ce qui dégrade son image et donc lui crée plus de stress.

    Les phénomènes sont identiques entre le stress et l’anxiété c’est juste que le stress est ponctuel alors que l’anxiété est constante

    L'ennui

    L’ennui est un état émotionnel souvent négligé, mais il joue un rôle significatif dans le développement de comportements compulsifs tels que l’onychophagie.

    Comprendre comment l’ennui contribue au rongeage d’ongles permet de mieux appréhender ce comportement et de trouver des solutions adaptées pour le gérer.

    L’ennui survient lorsque nous sommes dépourvus de stimulation mentale ou physique et que nous éprouvons une sensation de vide ou de manque d’intérêt. Cet état peut être déclenché par des situations où nous n’avons pas de tâches engageantes ou de distractions. L’ennui n’est pas seulement une absence d’activité, mais aussi un manque de satisfaction émotionnelle et cognitive.

     

    Le problème c’est qu’aujourd’hui nous sommes surstimulé(e)s par notre quotidien et que cela amplifie le phénomène de manque lorsque nous nous ennuyons. 

    L'Onychophagie comme Réponse à l'Ennui

    Lorsque les individus sont confrontés à des périodes d’ennui, ils cherchent souvent des moyens de s’occuper ou de se stimuler. Le rongeage d’ongles devient alors une activité automatique qui occupe les mains et l’esprit.

    Ce comportement peut procurer une sensation de soulagement temporaire en rompant la monotonie. En outre, le mouvement répétitif et la sensation tactile associés au rongeage des ongles peuvent fournir une stimulation sensorielle qui aide à combattre l’ennui.

    Le Cercle Vicieux de l'Ennui et de l'Onychophagie

    L’ennui et l’onychophagie peuvent se renforcer mutuellement. Le rongeage d’ongles, bien qu’il offre une distraction temporaire, ne parvient pas à fournir une satisfaction durable ou à résoudre l’ennui de manière productive. Ainsi, l’individu peut rapidement retomber dans l’ennui, cherchant de nouveau à s’occuper par le rongeage des ongles, créant ainsi un cycle difficile à rompre.

    Stratégies pour Gérer l’Ennui et Réduire l’Onychophagie

    • Accepter les phases d’ennui: L’ennui est important pour développer son imaginaire, c’est pendant ces phases que l’on est le plus productif. Il font donc le pratiquer afin d’en comprendre ses limites et pour se faire ralentir le rythme effréné de la vie et la surstimulation.
    • Engagement dans des Activités Stimulantes : Identifier des activités qui captivent et stimulent l’esprit est crucial. Les loisirs créatifs comme la peinture, le dessin, ou le bricolage peuvent être très efficaces pour occuper les mains et l’esprit.
    • Apprentissage de Nouvelles Compétences : S’engager dans l’apprentissage de nouvelles compétences ou de nouveaux passe-temps, comme la cuisine, la photographie, ou un instrument de musique, peut réduire les périodes d’ennui.
    • Activités Physiques : L’exercice régulier, comme la marche, la course, ou le yoga, peut aider à combattre l’ennui tout en offrant des avantages pour la santé physique et mentale.
    • Interactions Sociales : Passer du temps avec des amis ou la famille, même virtuellement, peut apporter une stimulation sociale qui réduit l’ennui.
    • Pratiquer l’hypnose avec un thérapeute: ainsi travailler les causes profondes de cet ennuie et pratiquer la visualisation pour observer un futur actif et aidant que vous pourrez ancrer. Le travail avec l’inconscient permet d’engager les émotions. Vous travaillerez également le symptôme addictif.
    • Pratiques de Pleine Conscience : La méditation et la pleine conscience peuvent aider à réduire la sensation d’ennui en recentrant l’attention sur le moment présent et en augmentant la conscience de soi.
    • Techniques de Substitution : Utiliser des objets comme des balles anti-stress, des élastiques, ou des stylos à cliquer peut fournir une alternative au rongeage d’ongles lorsque l’ennui survient.

    Les Facteurs Comportementaux de l'onychophagie

    L’onychophagie, ou rongeage d’ongles, est souvent influencée par divers facteurs comportementaux. Ces facteurs sont liés aux habitudes de vie, aux modèles observés dans l’environnement familial et social, ainsi qu’aux comportements appris. Comprendre ces éléments peut offrir des perspectives cruciales pour gérer et surmonter cette habitude.

    Les Habitudes et Comportements Répétitifs

    Le rongeage d’ongles est souvent une habitude répétitive qui s’installe progressivement.

    Ce comportement peut commencer innocemment, souvent dans l’enfance, et devenir une habitude profondément enracinée avec le temps. Les comportements répétitifs comme celui-ci sont souvent automatiques et se produisent sans que l’individu en soit pleinement conscient.

    Automatisme du Comportement : Une fois que l’onychophagie devient une habitude, elle se produit fréquemment sans pensée consciente. Par exemple, certaines personnes se rongent les ongles en regardant la télévision, en lisant ou en travaillant, sans réaliser qu’elles le font.


    Renforcement par Répétition : Chaque fois que le rongeage d’ongles offre un soulagement, même temporaire, il renforce le comportement. Cela conduit à une boucle de rétroaction positive où l’habitude est perpétuée par les récompenses immédiates qu’elle procure, telles que la réduction de la tension ou l’occupation pendant les périodes d’ennui. C’est le principe identique à l’addiction.

    Influence de l'Environnement Familial et Social

    L’environnement familial et social joue un rôle crucial dans le développement et le maintien de l’onychophagie. Les comportements observés chez les proches et les pairs peuvent influencer les habitudes d’un individu.

    Modèle Familial : Les enfants apprennent souvent en imitant les comportements des adultes et des frères et sœurs. Si un parent ou un membre de la famille se ronge les ongles, il est plus probable que l’enfant adopte ce comportement. Ce phénomène est connu sous le nom d’apprentissage par observation ou par mimétisme.


    Pression des Pairs : Dans certaines situations sociales, le rongeage d’ongles peut être renforcé par les pairs. Par exemple, les enfants et les adolescents peuvent adopter ce comportement pour se conformer à un groupe ou pour gérer l’anxiété sociale dans des environnements scolaires ou de groupe.

    Comportements Appris et Conditionnement

    Le rongeage d’ongles peut également être le résultat de comportements appris et de conditionnement. Ce processus implique l’association de certaines situations ou émotions avec le rongeage d’ongles.

    Conditionnement Classique : Une personne peut apprendre à associer le rongeage d’ongles à des moments spécifiques ou à des émotions particulières. Par exemple, si quelqu’un commence à se ronger les ongles chaque fois qu’il est stressé ou ennuyé, cette association se renforce avec le temps.


    Conditionnement Opérant : Le rongeage d’ongles peut également être renforcé par les conséquences du comportement. Si se ronger les ongles procure un soulagement immédiat de l’inconfort ou de l’ennui, ce comportement est susceptible de se répéter.

    Stratégies pour Rompre les Habitudes Comportementales de l'onychophagie

    Pour surmonter l’onychophagie influencée par des facteurs comportementaux, il est essentiel d’adopter des stratégies ciblées pour briser le cycle des habitudes.

    Prise de Conscience et Suivi : Tenir un journal pour suivre les moments et les situations où l’on se ronge les ongles peut aider à identifier les déclencheurs et à prendre conscience du comportement.


    Substitution de Comportement : Remplacer le rongeage d’ongles par une autre activité, comme manipuler une balle anti-stress, dessiner, ou utiliser un élastique, peut aider à réduire la fréquence de l’habitude.


    Renforcement Positif : Récompenser les progrès réalisés dans la réduction ou l’arrêt du rongeage d’ongles peut motiver à persévérer. Des récompenses peuvent être des petites récompenses personnelles ou des encouragements de la part de proches.


    Techniques de Détournement : Utiliser des techniques de distraction, comme se concentrer sur une autre activité ou pratiquer la pleine conscience, peut aider à détourner l’attention du rongeage d’ongles.


    Support Psychologique et Thérapeutique : Consulter un hypnothérapeute peut être bénéfique. La thérapie permet de prendre conscience des mécanismes qui s’opérent et les inverser. Elle permet d’aller au coeur du problème, à la cause racine et à la résoudre.

    Les Facteurs Physiologiques à l'onychophagies

    L’onychophagie, ou rongeage d’ongles, n’est pas seulement liée à des causes psychologiques et comportementales. Les facteurs physiologiques jouent également un rôle important dans le développement et le maintien de cette habitude. Les troubles compulsifs, les déséquilibres chimiques dans le cerveau et d’autres conditions médicales peuvent contribuer à l’onychophagie.

    Troubles Compulsifs et Onychophagie

    L’onychophagie est souvent associée à des troubles compulsifs, comme le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) et les troubles du spectre de l’autisme. Ces conditions se caractérisent par des comportements répétitifs et des rituels que les individus sentent qu’ils doivent accomplir pour réduire l’anxiété ou pour obtenir un sentiment de soulagement.

    Trouble Obsessionnel-Compulsif (TOC) : Les personnes atteintes de TOC peuvent se ronger les ongles pour soulager des obsessions ou des pensées intrusives. Ce comportement devient une compulsion, un rituel qu’ils utilisent pour gérer l’anxiété causée par leurs obsessions.


    Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA) : Chez certains individus atteints de TSA, le rongeage d’ongles peut être un comportement auto-apaisant utilisé pour gérer l’hypersensibilité sensorielle ou l’anxiété.

    Déséquilibres Chimiques et Neurotransmetteurs

    Les déséquilibres dans les niveaux de certains neurotransmetteurs, tels que la sérotonine et la dopamine, peuvent influencer le rongeage d’ongles. Ces neurotransmetteurs jouent un rôle crucial dans la régulation de l’humeur, de l’anxiété et des comportements compulsifs.

    Sérotonine : Un faible niveau de sérotonine est souvent associé à des comportements anxieux et compulsifs. Les médicaments qui augmentent les niveaux de sérotonine, tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), sont parfois utilisés pour traiter les comportements compulsifs, y compris l’onychophagie.


    Dopamine : La dopamine est impliquée dans les circuits de récompense du cerveau. Les anomalies dans la régulation de la dopamine peuvent conduire à des comportements de recherche de récompense, tels que le rongeage d’ongles, qui offre un soulagement temporaire et une sensation de satisfaction.

    Conditions Médicales Associées

    Certaines conditions médicales peuvent prédisposer les individus à développer l’onychophagie. Par exemple, les troubles de l’attention et de l’hyperactivité (TDAH) et les troubles de l’alimentation sont souvent associés à des comportements compulsifs.

    Trouble de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) : Les personnes atteintes de TDAH peuvent se ronger les ongles en raison de l’impulsivité et de la difficulté à rester concentré. Le rongeage d’ongles peut être une manière de canaliser l’énergie nerveuse et de gérer l’ennui.


    Troubles de l’Alimentation : Les comportements compulsifs, y compris l’onychophagie, sont courants chez les individus atteints de troubles de l’alimentation comme la boulimie et l’anorexie. Ces comportements peuvent être utilisés pour gérer l’anxiété et les émotions négatives liées à l’image corporelle et à l’alimentation.

    Approches Physiologiques pour Gérer l'Onychophagie

    Médicaments : Dans certains cas, des médicaments peuvent être prescrits pour traiter les déséquilibres chimiques et les troubles compulsifs associés à l’onychophagie. Les ISRS, les stabilisateurs de l’humeur et les antipsychotiques peuvent être efficaces pour réduire les comportements compulsifs.


    Thérapies Cognitivo-Comportementales (TCC) : La TCC peut aider à modifier les pensées et les comportements liés à l’onychophagie. Cette thérapie est particulièrement efficace pour traiter les troubles obsessionnels-compulsifs et les comportements répétitifs.

    Interventions Nutritionnelles : Une alimentation équilibrée et des suppléments nutritionnels peuvent aider à réguler les niveaux de neurotransmetteurs et à améliorer l’humeur. Les acides gras oméga-3, le magnésium et le zinc sont connus pour avoir des effets bénéfiques sur la santé mentale.

    Exercice Physique : L’exercice régulier peut aider à réguler les niveaux de neurotransmetteurs et à réduire l’anxiété. Il est également efficace pour canaliser l’énergie et diminuer les comportements compulsifs.

    Techniques de Gestion du Stress : Des techniques comme la méditation, la pleine conscience et le yoga et l’hypnose  peuvent aider à gérer le stress et l’anxiété, réduisant ainsi le besoin de comportements compulsifs comme le rongeage d’ongles.

    Les Conséquences du Rongeage d'Ongles

    Le rongeage d’ongles, ou onychophagie, peut sembler être une habitude anodine, mais ses conséquences peuvent être significatives et variées. Elles touchent non seulement la santé physique, mais aussi le bien-être psychologique et social. Explorer ces conséquences permet de comprendre l’importance d’aborder et de traiter ce comportement compulsif.

    Conséquences Physiques

    Dommages aux Ongles et aux Doigts : Le rongeage d’ongles endommage la matrice de l’ongle, ce qui peut entraîner des ongles déformés et irréguliers. Les ongles peuvent devenir plus courts, plus faibles et plus fragiles. Les blessures aux cuticules et à la peau autour des ongles sont courantes, entraînant des saignements, des douleurs et une vulnérabilité accrue aux infections.

    Infections Bactériennes et Fongiques : Les blessures ouvertes autour des ongles offrent une porte d’entrée aux bactéries et aux champignons, augmentant le risque d’infections comme la paronychie. Les symptômes incluent rougeur, gonflement, douleur et parfois du pus autour de l’ongle.

    Problèmes Dentaires : Le rongeage d’ongles peut entraîner des problèmes dentaires tels que l’usure des dents, des fractures et des déplacements. Les dents utilisées pour ronger les ongles peuvent se fissurer ou se casser, nécessitant des soins dentaires coûteux et invasifs.

    Troubles Gastro-intestinaux : Avaler des morceaux d’ongles ou de cuticules peut causer des troubles gastro-intestinaux. Des morceaux d’ongles peuvent se loger dans les gencives ou l’estomac, causant des douleurs et des infections.

    Conséquences Psychologiques

    Anxiété et Stress : Le rongeage d’ongles est souvent une réponse à l’anxiété et au stress. Cependant, cette habitude peut créer un cercle vicieux où le rongeage lui-même devient une source de stress et d’anxiété. L’individu peut se sentir frustré ou honteux de ne pas pouvoir contrôler cette habitude.

    Faible Estime de Soi : Les personnes qui se rongent les ongles peuvent avoir une faible estime de soi en raison de l’apparence de leurs mains et de leurs ongles. La honte et l’embarras peuvent réduire la confiance en soi, affectant les interactions sociales et professionnelles.

    Conséquences Sociales

    Impact sur les Interactions Sociales : Les mains abîmées par le rongeage d’ongles peuvent entraîner une gêne lors des interactions sociales. L’individu peut éviter de montrer ses mains, d’établir des contacts visuels ou de participer à des activités où les mains sont visibles, comme les poignées de main ou les repas en groupe.

    Perception par Autrui : Le rongeage d’ongles est souvent perçu comme un signe de nervosité, de manque de contrôle ou de mauvaise hygiène. Cela peut affecter la manière dont une personne est perçue dans des contextes professionnels ou sociaux, pouvant avoir des répercussions sur les opportunités et les relations.

    Conséquences Fonctionnelles

    Diminution de la Fonction Manuelle : Les blessures récurrentes aux doigts peuvent entraîner une diminution de la fonction manuelle. La douleur et l’inflammation peuvent rendre difficile l’exécution de tâches quotidiennes nécessitant une dextérité fine, comme écrire, taper ou utiliser des outils.

    Complications à Long Terme : Des dommages répétés et sévères aux ongles et aux doigts peuvent conduire à des complications à long terme, comme des cicatrices permanentes, des déformations des ongles et une sensibilité accrue aux infections chroniques.

    Vous souhaitez arrêter de vous ronger les ongles et souhaitez être aidé pour le faire?
    Prenez rendez-vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Retour en haut